L’Évangile selon Marie est le premier traité d’un codex qui contient trois autres textes : l’Apocryphon de Jean, la Sagesse de Jésus le Christ et l’Acte de Pierre. Même si le codex n’a pas été découvert parmi les manuscrits de la bibliothèque de Nag Hammadi, il est considéré comme un recueil de textes gnostiques par plusieurs chercheurs. L’un des noms utilisés pour désigner ce codex est Berolinensis Gnosticus
(souvent abrégé par les lettres BG). Le codex est probablement originaire de la région d’Akhmim (en Haute Égypte) et est écrit en copte sahidique La version copte de l’Évangile selon Marie est un texte lacuneux. Les six premières pages et les pages 11
à 14 ont été perdues. Le texte se délimite donc ainsi : 7,1-10,23 et 15,1-19,5. Il date vraisemblablement du Ve siècle et aurait été traduit à partir d’un original grec. Le texte copte contient d’ailleurs plusieurs mots directement transcrits de la langue grecque. Le papyrus Ryland 463 est une feuillefragmentaire dont le texte grec a été  identifié comme un passage de notre évangile (il correspondà BG 17,4-19,5). Trouvé en 1917 dans la régiond’Oxyrhynque (en Égypte), il date du début du IIIesiècle. Datant également de cette même période,l’autre fragment grec est une découverte relativementrécente. Il a été identifié en 1983 par P.J. Parsons.Le texte grec de ces deux fragments est assezdifférent du texte copte, ce qui permet auxchercheurs d’affirmer que l’Évangile selon Marie asubi plusieurs réécritures pendant sa transmission.

Evangile selon Marie Madeleine

C$9.99Prix